Questions de lecteurs : J’ai éternué en lisant un roman. La page s’est déchirée. Mais ne vous inquiétez pas, je vais rescotcher tout ça !

Question n° 156 de Nicolas Chatterton, 42 ans, : J’ai éternué en lisant un roman. La page s’est déchirée. Mais ne vous inquiétez pas, je vais rescotcher tout ça et il sera comme neuf.

book
Page fabuleusement réparée par Nicolas Chatterton

Bien Nicolas, vous m’entendez ? C’est la S.P.L.A. qui vous parle. Vous allez poser douuuucement ce rouleau de scotch à terre. Donnez-nous ce livre maintenant. Allez Nicolas, pensez à ces rayons désertés, ces livres orphelins… ouiiii c’est biennn. Rendez-le nous avant de l’achever, douuuuucement, sans geste brusque !

Ouf.

L’agrafeuse, la colle ou le scotch sont, dans les mains d’un lecteur, considérés par le bibliothécaire comme des armes de catégorie A – 2. C’est-à-dire des armes de destruction dont la détention est strictement INTERDITE.

Faites le test lors de votre prochaine visite en bibliothèque et prononcez – de sorte à ce que tout le monde vous entende – les mots « J‘ai bien trouvé le scotch. Je vais réparer le livre de la médiathèque, ils n’y verront que du feu ».

Vous verrez alors un frisson d’horreur parcourir l’échine de votre bibliothécaire et ses yeux s’agrandir d’effroi.

www.tenor.co
Votre bibliothécaire, la dernière fois que vous lui avez rendu un livre réparé par vos soins. (En fait, lui, c’est pas votre bibliothécaire, c’est Rambo, mais quand vous lui avez rendu votre livre, dans sa tête c’était comme ça…)

Alors certes, sur le coup, ça vous a paru être une super idée. Un p’tit coup de scotch (le ruban adhésif, pas le whisky !) et le document est tout beau tout neuf… Hop ! Amour sur la planète, licorne, arc-en-ciel et petit poney.

Sauf que…

Sauf que dans la vraie vie, votre scotch, il va jaunir avec le temps. Il va aussi bouffer l’encre des pages. Se fragiliser et devenir cassant… Et bien sûr, tout ça ce n’est que si vous avez bien collé la page. Je veux dire par là, qu’elle est droite, bien positionnée, que ça ne dépasse pas de tous les bouts… parce que dans ce cas, l’électrocardiogramme du document est aussi plat que l’horizon que voient les marins qui naviguent au beau milieu de l’océan.

Tiens, ça me rappelle cette touchante anecdote où un lecteur avait réparé un DVD fendu en deux (il s’était assis dessus) avec de la colle universelle.

Bref, la solution, si vous avez le malheur d’abîmer un livre, c’est d’en parler au bibliothécaire. Ne laissez pas traîner l’objet du délit huit ans sur votre bureau… allez tout de suite expliquer votre infortune à votre conseiller bibliophile/bibliopathe.

Loin d’être le serviteur du mal que vous imaginez, il essayera avec vous de trouver une solution adaptée selon la gravité du problème.

QUELQUES EXEMPLES :

-> Vous avez renversé votre café sur le document ? Ça peut arriver à tout le monde. Pour vous, ce n’est peut être pas bien grave (comparé à la faim dans le monde) et peut-être que votre bibliothécaire dramatise un peu en vous rejouant la mort de Phèdre face à ce bouquin, mais apprécieriez-vous d’emprunter un ouvrage puant aux pages ondulées, collées, couvertes de café (sans compter les moisissures qui risquent de s’installer) ?  Bof, bof, moyen, moyen probablement. Peut-être faut-il envisager un rachat du livre ?

Thécaire
Le bibliothécaire désespéré (Tragédie en 3 actes)

-> Une page s’est détachée ?  Soit vous avez trop tiré dessus, soit la qualité de la reliure laissait à désirer. Quoi qu’il en soit, ce document peut être sauvé. Il partira en « réparation » quelques semaines et reviendra en pleine santé.

-> Pris d’une pulsion malsaine, vous avez rempli la grille de sudoku du périodique de juin 2013. Bon. Si vous l’avez fait au crayon à papier, un petit coup de gomme pourra peut-être résoudre le problème. (Une règle avant d’agir : toujours en parler à son bibliothécaire) Sinon, selon le règlement en cours dans la bibliothèque,  soit vous devrez racheter le périodique, soit le bibliothécaire vous remontera gentiment les bretelles et passera l’éponge en faisant « une exception, pour cette fois mais ne recommencez pas », parce que bon… 2013 quoi.

sudoku-800px

EN BREF : 

De la colle spécifique, des bandes adhésives spéciales, un massicot et tout un tas d’outils tranchants… les bibliothèques ont généralement le matériel (et (plus ou moins) les compétences) pour réparer les documents.

Quoiqu’il en soit, les ouvrages que vous empruntez sont des biens publics. Évitez si possible de les traiter violemment : surlignages  et annotations multiples, traces organiques non identifiées, bains de toutes sortes (pluie, verre d’eau, boue…) et même si vous avez très envie de faire les mots-croisés du dernier « Mots-Croisés Magazine », essayez de refréner vos instincts basiques de SérialBooksKiller et pensez au lecteur qui empruntera le document après vous.

Showerbook

~oOo~

Bien sûr, je vois déjà mon collègue du Patrimoine faire une crise d’apoplexie en observant ma manière de couvrir les documents (Aaaah du Filmaflux ! kof kof ! Aaaah des étiquettes ! kof kof ! Aaaah le viol des règles de conservation ! kof kof *mort soudaine et tragique dudit collègue**Pleurs simulés de la responsable de ce tragique incident*), alors je tiens à préciser que la façon de réparer un document variera aussi selon votre bibliothèque.

Les ouvrages précieux, par exemple, demandent un soin tout particulier et ont un coût de restauration relativement astronomique.

Bon, par contre, j’ai un conseil IMPORTANT si vous abîmez un document précieux.

Ne négociez pas avec votre bibliothécaire.

Courrez.

Vite.

Loin.

Déménagez.

Et changez de nom. (Pas Sarah Connor. Ça a été testé et pas approuvé)

~oOo~

Chaque jour, en France, 105 249 livres meurent dans d'atroces souffrances alors qu'ils auraient pu être sauvés.  -  

C'était un message de la Société Protectrice des Livres Abîmés

Les citations célèbres : 

« Avant, il y avait des dragons, un lecteur a voulu les réparer ; on voit le résultat » – JRR Nolkien

« Un livre réparé par un lecteur, c’est un avion de plus qui disparaît en mer » – Antoine de Saint Exaspéry

« Le lecteur est né pour la lecture, pas pour la réparation. Mais on le sait tous : au royaume des usagers, le scotch est roi... » – Coltaire

« Pourquoi mettre du scotch ? Mettez le feu, ça sera le même résultat, mais en plus rapide. » – Quin Schi Huang

Article sponsorisé par la SPLA
Publicités

2 réflexions sur « Questions de lecteurs : J’ai éternué en lisant un roman. La page s’est déchirée. Mais ne vous inquiétez pas, je vais rescotcher tout ça ! »

Un ptit mot sur l'animation ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s