Questions de lecteurs : Bonjour, je cherche un livre. Je ne sais plus le titre, ni l’auteur. Mais il était bleu. Ou peut être rouge.

Question n° 156 de Mirza Soleil, 78 ans : Bonjour, je cherche un livre. Je ne sais plus le titre, ni l’auteur. Mais il était bleu, ou peut être rouge…

Abracadabra, votre bibliothécaire apparaît dans un nuage de fumée. *Pouf* « Bonjour madame, alors vous cherchez un livre ? Ça tombe bien, vous êtes dans une bibliothèque.  Ah, vous n’avez ni titre, ni auteur ? Prenez un siège, ça risque d’être long. »

Mais pourquoi long ?

Pour comprendre cela, il faut savoir comment les livres (et autres documents) sont répertoriés dans votre bibliothèque et plonger dans les abîmes du…. CATALOGAGE…

Mais qu’est ce que c’est ENCORE que ça ? Et bien c’est, tout simplement, la description du document que vous avez entre les mains : est-ce un livre, un DVD, une chaussette, une tablette ? Combien de pages y-a-t-il ? Qui l’a écrit, réalisé, composé ou illustré ? En quelle année ? … et tant d’autres questions que vous vous posez !

La paire que vous aviez accidentellement perdue la dernière fois à la bibliothèque a, en réalité, été cataloguée par un bibliothécaire cleptomane. Félicitation.

Il y a quelques années, chaque livre avait le droit à sa petite fiche papier qui contenait les informations utiles : titre, auteur, éditeur, date d’édition, pagination…

Exemple d’une fiche des années 1990 trouvée dans un des romans que je dois encore informatiser.

Ces petites fiches étaient classées dans des meubles très spéciaux (vendus très cher aujourd’hui sur les sites de vente en ligne) avec tout un tas de petits tiroirs trop mignons.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Aujourd’hui, la plupart des bibliothèques ont découvert les joies de l’informatique. Les petites fiches papiers sont devenues numériques, avec tout un tas de champs incompréhensibles pour la majorité des humains.

Page de formules diaboliques arrachée à un site mystérieux de la secte BNF – vulgairement appelée « notice ».

Des nombres, des $dollars$, des codes énigmatiques… tout correspond en fait à des données précises : des informations sur votre livre. Les bibliothécaires appellent cette mise en page étrange le format UNIMARC.

Regardez par exemple le champ 200 de votre notice : il s’agit des « titre et mention de responsabilité ». Le sous-champ 200 $a s’applique au titre de votre  document. Le $f à l’auteur.  Et ainsi de suite…

Voilà donc à quoi ressemble, pour un bibliothécaire, la fiche numérique de votre livre. Bien sûr, une fois mises en page, vous ne verrez plus toutes ces informations sur le catalogue.

Petit à petit, le format UNIMARC évolue. A terme, sa forme actuelle est vouée à être remplacée par un modèle (le FRBR, appelé aussi éfèrbéhèr ou Freubreu) plus adaptable aux moteurs de recherche type Gougle ou Bong.

Revenons à votre livre perdu : l’ordinateur va chercher les informations contenues dans cette notice. Or regardez bien : le détail de la couverture n’est mentionné nulle part ! Cela viendra probablement un jour, mais pour l’heure, les logiciels des bibliothèques sont incapables de retrouver un document par leur jaquette ou leur première de couverture.

(En fait, techniquement, ça serait possible. Il suffirait à chaque catalogage de remplir un champs spécifique « couleur » soit en toutes lettres avec un menu contrôlé, soit en sélectionnant directement une image couleur (menu contrôlé aussi) puis tout serait une question de mise en page.)

Cela viendra, cela viendra.

La couverture du Gabalda de 2017 : plutôt « Bleu pétrole sous un ciel printanier », « Bleu smalt dans un verre de whisky » ou « Bleu barbeau hypnotisant si vous louchez un peu » ?

ATTENDEZ ! Ne partez pas ! Tout n’est pas perdu, nous pouvons peut-être encore reconstituer le puzzle : décrivez précisément la couverture. Connaissez-vous le synopsis du document ? Plutôt fiction ou documentaire ? Est-ce une nouveauté ou un ancien titre ? Vous en avez entendu parlé dans une critique (radio, télé, papier) récente ?

Votre bibliothécaire va faire travailler ses méninges (et celles de ses collègues) ou va solliciter un moteur de recherche pour essayer de trouver votre livre.

Malheureusement, si les informations que vous apportez ne sont pas suffisantes, il peut arriver de ne jamais retrouver le titre que vous recherchez. En 2015, le ministère de la communication et de la culture publiait les chiffres clefs du secteur du livre (de 2014). Rendez-vous compte : cette année là plus de 80.250 titres ont été produits ! Le vôtre est peut-être un de ceux là.

Ou pas.



J’ignore si vous êtes prête pour cela, mais il existe une ultime solution pour retrouver votre livre… Une solution aussi effrayante que maléfique…

Et cette solution se trouve auprès de votre Bibliothécaire Patrimonial (Oui, celui-là même qu’on a achevé la dernière fois). Flattez un peu son encolure, complimentez-le sur la soyeuseté de son poil et la douceur du dernier incunable acquis, puis demandez-lui de vous trouver quelques ouvrages sur…

La Bibliomancie.

(prononcer avec une voix gutturale ou écrire en lettres de sang)

Et oui puisqu’internet et le cerveau de votre conseiller habituel n’ont pas pu résoudre le problème du livre à couverture rouge (ou bleue), il ne reste que la divination. Et quoi de mieux qu’une bibliothèque pour pratiquer la bibliomancie ?

Sous le court titre de Dictionnaire infernal : répertoire universel des êtres, des personnages, des livres, des faits et des choses qui tiennent aux esprits, aux démons, aux sorciers, au commerce de l’enfer, aux divinations, aux maléfices, à la cabale et aux autres sciences occultes, aux prodiges, aux impostures, aux superstitions diverses et aux pronostics, aux faits actuels du spiritisme et généralement à toutes les fausses croyances merveilleuses, surprenantes, mystérieuses et surnaturelles, l’auteur J. Collin De Plancy expliquait dans son édition de 1863 la bibliomancie :

Divination ou sorte d'épreuve employée autrefois pour reconnaître les sorciers. Elle consistait à mettre dans un des cotés d'une balance la personne soupçonnée de magie, et dans l'autre la bible ; si la personne pesait moins, elle était innocente ; si elle pesait plus, elle était jugée coupable : ce qui ne manquait guère d'arriver, car bien peu d'in-folio pèsent un sorcier. On consultait encore la destinée ou le sort en ouvrant la Bible avec une épingle d'or, et en tirant présage du premier mot qui se présentait.
Technique proche de la bibliomancie, les Monty Python pratiquaient la canardomancie.

On peut facilement rattacher la bibliomancie aux Sorts Homériques.

I. Bodin Angevin en parle d’ailleurs très bien en 1580 dans son ouvrage « De la démonomanie des sorciers »

Lunier, en 1805, résumera ainsi dans le volume 2 de son Dictionnaire des sciences et des arts :

C'étoient des divinations, par lesquelles on croyoit que le vers qui se rencontroit à l'ouverture des poësies d'Homère, étoit une réponse précise à la question qu'on agitoit.

Bref, aujourd’hui, la Bibliomancie consiste à tirer de la lecture d’un passage choisi au hasard une prédiction ou une décision.

L’occasion de demander le titre (et la localisation) de cet ouvrage mystérieux que vous cherchez, n’est-ce pas  !

Parce que si les bibliothécaires sont un peu des sorciers, les livres ont, eux aussi, quelque chose de magique.

Coup de chance (ou coup du sort) voilà justement un roman de David Brin sur mon bureau. En l’ouvrant au pif avec une épingle d’or une douchette, voici le résultat : « C’est mauvais signe, n’est ce pas ? » (T1, p.145)

Pour l’interprétation, je vous laisse seule juge. Mais ne restons pas sur un propos négatif : je vous propose de réessayer, parce que bon, tout le monde sait que si les bibliothécaires sont capables de retrouver des livres perdus, ils sont aussi capables de dévier le destin.

Je change donc discrètement de bouquin histoire de mettre toutes les chances de mon côté pour « dévier le destin » et j’ouvre le nouveau livre à une page lambda.

(T2, p.209) « J’étais dans l’erreur ».

(Opération réalisée sans budget et sans trucage)

Bon.

Alors à un moment, madame Soleil, j’ai envie de vous dire, bibliothécaire ou pas, quand ça veut pas, ça veut pas.

Votre bibliothécaire Willy vous l’annonce officiellement : il ne retrouvera pas votre livre.
Advertisements

Un ptit mot sur l'animation ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s