L’interview pixelante…

Bonjour Hihn, vous revenez d’une tribu indienne où vous avez séjourné plusieurs semaines… pouvez vous enfin nous dire ce que vous cherchiez la bas ?

Bonjour Le Pixel. Je tiens à préciser que je ne suis pas parti en Amazonie pour des vacances, vous devez le savoir (et j’espère que vous l’indiquerez bien dans votre interview). Non. C’est mon directeur qui m’a envoyé là bas pour des recherches très importantes sur le Cunahá et son éventuelle utilisation au sein de la bibliothèque…

Pertinent tout ça, réellement… quelles sont vos conclusions ?

Et bien, des premiers tests sur des cobayes lecteurs séquestrés totalement volontaires se sont révélés très instructifs. Si bien que même les grandes instances se questionnent : le Cunahá, LA solution miracle pour les bibliothèques ?

Regardez : un lecteur mal poli ? Hop ! une pilule de Cunahá !

Un enfant trop bruyant ? Hop ! une fléchette de Cunahá !

Un auteur qui prend la grosse tête ? Hop ! un verre de jus de Cunahá !

Des étudiants qui posent leurs gros doigts dégoûtants plein de nutella sur nos documents ? Hop ! Un chewing-gum de Cunahá !

Un petit vieux qui fait les mots croisés d’un périodique ? Hop ! une perfusion de Cunahá !

Un bibliothécaire sociopathe irascible qui n’aime pas ses usagers ? Hop ! du Cunahá sur les pages d’une Dewey ! (Si ça a fonctionné dans Le Nom de la Rose, y a pas de raison pour que nous n’obtenions pas les mêmes résultats !)

Nous avons d’ores et déjà un slogan : « Un peu de Cunahá et vous n’y couperez pas ! » ou alors « Vous croyez que c’est un poison ? Pas du tout : c’est LA solution« .

Nous envisageons d’exporter notre produit dans d’autres pays : l’Angleterre notamment semblait intéressée pour du PEB*. Et pourquoi ne pas diversifier nos services ? Grainothèque, ateliers pour développer ses cultures, conférences, animations intergénérationnelles lors de la semaine du goût… tout est possible !

(*Note de l’éditeur : PEB ne signifie pas Partir En Bretagne comme nous l’avions tout d’abord supposé, mais Prêt Entre Bibliothèques. Une révélation somme toute un peu décevante.)

Lepixel est convaincu c’est certain ! changeons de sujet, voulez-vous ? Les bibliothécaires, chacun le sait, ont un complexe d’infériorité. Dans ce contexte, quelle est la phrase que vous préférez asséner à vos lecteurs ?

Sans hésiter : « Vous avez vu la taille de mon Encyclopédie Universalis ? »

Que regardez vous en premier chez un lecteur  ?

Son compte en banque ? Si ses mains ne sont pas sales ? Si il prend soin de sa carte de lecteur ? Si il a des amendes sur son compte ? Raaaah trop de possibilités, j’hésite !

Quelle est la remarque la pire ou la plus incongrue qu’un lecteur vous ait faite  ?

Quoi ? Comment ? Je ne vous ai jamais raconté la fois où un charmant usager m’a demandé en mariage ? Bon, si je m’approchais de lui à moins de 10 mètres je mourrais dans les vapeurs d’alcool qui se dégageaient de lui, mais quel plaisir d’avoir des lecteurs si investis.

Quel serait, à vos yeux, le plus beau compliment que l’on pourrait vous faire ?

Bon, ne le répétez pas car j’ai souvent tendance à affirmer le contraire, mais la flatterie sur mon fonds marche vraiment sur moi : « Oh, Hihn, que votre fonds est bien rangé. » C’est pour mieux t’attirer mon enfant. « Oh Hihn, que votre sélection est pertinente ! » C’est pour mieux te séduire mon enfant. « Oh Hihn, que cette classification décimale est réfléchie ! » C’est pour mieux te bouffer mon enfant ! Ah !… pardon je m’égare.

Vos collègues de travail sont-ils au courant que vous avez un blog ?

Mes collègues ? Ah vous voulez parler de ces gens bizarres que j’ai enterré dans le jardin derrière la bibliothèque ? Baaaaaah.

Le mot de la fin ?

 Amphigourique ?

Animations en bibliothèque

%d blogueurs aiment cette page :